Les australopithèques d’Afrique du Sud sont plus vieux qu’on ne le pensait

Sterkfontein Caves deposit one million years older than previously thought
Crânes d’australopithèques, dans le sens des aiguilles d’une montre à partir du haut à gauche, Sts 5 (Mrs Ples), StW 505, Sts 71 et StW 13 découverts dans les grottes de Sterkfontein, en Afrique du Sud. © Jason Heaton / Ronald Clarke / Ditsong Museum of Natural History
australopithèques Afrique Sud vieux
Les australopithèques d’Afrique du Sud sont plus vieux qu’on ne le pensait. Prélèvement d’échantillons sur le site de Sterkfontein pour réaliser des datations cosmogéniques. © Laurent Bruxelles / Traces / CNRS

Les Australopithecus africanus auraient vécu au moins un million d’années plus tôt que ce que pouvaient indiquer les précédentes datations. C’est du moins ce que révèle l’’étude de l’âge de remplissage d’une grotte en Afrique du Sud appartenant au site de Sterkfontein, un des plus riches en restes d’australopithèques où a notamment été découvert en 1947 le fossile de Mrs Ples, un des premiers crânes complets de ce genre d’hominines. La zone avait précédemment été datée entre 2,1 et 2,6 millions d’années, mais cette date était celle de sédiments intrusifs, s’étant mis en place dans la formation fossilifère après sa constitution. Ici, grâce à un travail de stratigraphie puis à la méthode de datation par les isotopes cosmogéniques1l’équipe internationale dont fait partie un chercheur du CNRS2 a montré que les roches de cette grotte ont été enterrées avec les fossiles il y 3,4 à 3,6 millions d’années. Ce résultat repousse l’âge des Australopithecus africanus tels que Mrs Ples à une époque similaire à celle d’Australopithecus afarensis d’Afrique de l’Est, contredisant ainsi l’idée selon laquelle les premiers descendraient des seconds. Mieux, si on la compare à un fossile d’A. afarensis célèbre, Mrs Ples serait même plus «âgée» que Lucy. Publiés dans PNAS la semaine du 27 juin 2022, ces résultats invitent à ne plus considérer l’Afrique de l’Est comme seul «berceau de l’humanité», mais à repenser cette notion à l’échelle du continent, en y intégrant notamment l’Afrique australe.

1- Cette méthode de datation absolue est utilisée pour déterminer la durée d’exposition d’une roche aux rayonnements cosmiques: lorsqu’une roche est exposée aux rayons cosmiques, des isotopes dits cosmogéniques sont produits et s’accumulent le temps que la roche reste en surface. Ils décroissent de manière différentielle si certains blocs tombent dans des grottes, alors en partie protégés de ces rayonnements. Pour ces travaux, les scientifiques ont mesuré le rapport entre les isotopes du béryllium 10 et de l’aluminium 26.
2- Au laboratoire Travaux et recherches archéologiques sur les cultures, les espaces et les sociétés (CNRS/Ministère de la culture/Université Toulouse – Jean Jaurès). Cette équipe de recherche impliquait des scientifiques de l’Université de Purdue (Etats-Unis), de l’Université du Witwatersrand (Afrique du Sud) et du College of Cape Town.

 

Cosmogenic nuclide dating of Australopithecus at Sterkfontein, South Africa. Darryl E. Granger, Dominic Stratford, Laurent Bruxelles, Ryan J. Gibbon, Ronald J. Clarke et Kathleen Kuman. PNAS, 27 juin 2022, DOI:10.1073/pnas.2123516119 

 

Communiqué de presse du CNRS

 

Dove i classici si incontrano. ClassiCult è una Testata Giornalistica registrata presso il Tribunale di Bari numero R.G. 5753/2018 – R.S. 17. Direttore Responsabile Domenico Saracino, Vice Direttrice Alessandra Randazzo

Write A Comment

Pin It